Cabinets parisiens : faut-il s'implanter en province ?

AuteurLegal News
Pages1-6

Page 1
Al'examen des statistiques, nous serions tentés de répondre qu'il semble y avoir peu de raisons pour lesquelles un cabinet parisien d'avocats d'affaires irait ouvrir un ou des bureaux secondaires en province. Ils sont en effet rares à tenter l'aventure. Bien plus de cabinets parisiens ont des bureaux à Shanghai qu'à Marseille !
En posant la question de l'opportunité d'une expansion en direction de la province, nous avons découvert que le marché du droit en France est probablement dans une phase de mutation. Après des décennies d'un parisianisme poussé, les mentalités changent pour s'adapter à un tissu économique mouvant dans lequel le phénomène de régionalisation poussé par l'Europe n'est pas sans incidences. u
@Etat des lieux
Si un client requiert les services d'un grand cabinet, il n'a qu'à venir à Paris. De manière un peu caricaturale, c'est ainsi que pourrait se résumer la situation actuelle. Il est vrai que depuis vingt ans, il y a une telle concentration du droit des affaires entre les mains des cabinets anglais et américains et aucun de ces cabinets ne dispose de bureaux français en dehors de Paris à l'exception notable du cabinet anglais Bird & Bird qui a ouvert un bureau à Lyon en 2007. Certes, CMS Bureau Francis Lefebvre dispose aussi d'un bureau à Lyon mais celui-ci existait alors que le cabinet était encore entièrement français avant qu'il ne s'intègre dans CMS.
La centralisation très poussée qui existe en France depuis toujours n'incite pas les états-majors de ces structures internationales à intégrer une expansion régionale en France dans leurs plans de développement. Par comparaison, plusieurs cabinets Page 2anglais ou américains ont deux ou trois implantations en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Dans ces pays beaucoup plus « régionalisés », une présence à Francfort et à Berlin ou à Rome et à Milan est indispensable pour assurer une couverture correcte du tissu économique et pour suivre une clientèle de multinationales sur leurs différents marchés.
Il faut sans doute mettre dans une catégorie à part, Fidal qui est un cas unique avec sa couverture totale du territoire et sa présence dans près de cent villes françaises ainsi que les autres structures d'avocats rattachés aux grands acteurs de l'audit et de l'expertise comptable que sont Landwell et Associés (PriceWaterhouseCoopers) et TAJ (Deloitte) dont le modèle économique a toujours intégré la notion de proximité avec les grandes entreprises et les PME.
Un examen plus hexagonal du tissu des cabinets d'avocats d'affaires nous permet de remarquer que les cabinets français et parisiens sont à peine plus nombreux que leurs homologues anglo-saxons à s'aventurer dans les lointaines contrées que sont tous les départements de France autres que le 75 et le 92. En effet, plus de 90% des cabinets parisiens de plus de quinze associés sont dans ce cas. De quoi résulte cette frilosité parisienne ? Est-elle le fruit d'une sage analyse économique confirmant que les bons clients et les bons dossiers sont à Paris et nulle part ailleurs ? Est-elle simplement la conséquence d'un complexe de supériorité bien parisien ? Nous avons cherché à répondre à ces questions et, ce faisant, nous avons constaté que les choses changent. u
Frédérique Dupuis Toubol
Avocat Managing Partner Bird & Bird Paris
Nous croyons que sur les cinq ans qui viennent, beaucoup d'entreprises étrangères et notamment anglaises vont s'implanter à Lyon
@La technologie redistribue les cartes
L'explosion d'Internet, des nouvelles technologies de l'information ou encore des biotechnologies ont non seulement bouleversé la façon dont nous travaillons, mais elles ont donné naissance à une nouvelle génération d'entreprises. Il n'y a pas si longtemps, une success story se construisait sur trente ou quarante ans, peut-être plus. Aujourd'hui, Google a à peine dix ans. De petites entreprises aux innovations prometteuses attirent des investissements colossaux, rachètent des concurrents ou sont introduites en bourse. Autant de domaines, autant de questions juridiques complexes, de montages sophistiqués jusqu'alors réservés aux très grandes entreprises.
Si certains cabinets parisiens ont décidé de mettre des villes de province sur leurs écrans radar, ces PME innovantes n'y sont pas étrangères. Le cas de Bird & Bird illustre parfaitement cette...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI